RADIO CONTACT – 18 novembre 2005
« Le Fou du Roy » (20h/minuit) Belgique
Extraits ...

A(nimateur)1 : ..Il nous l’avait promis, ça va bien Georges-Alain ?
Georges-Alain Jones (GA) : Très très bien, merci de m’accueillir
A1 : Ecoutes, pas de souci, toujours en forme ?
GA : Toujours, toujours
A1 : Ca s’est bien passé donc, là bas, c’était mercredi 2 novembre, à l’Acte 3 ?
GA : Oui, ça s’est très bien passé, bon accueil, avec un très bon public, comme d’habitude en Belgique
A1 : Tous les artistes nous disent ça !
GA : Oui, mais je crois que c’est unanime, le public belge est vraiment meilleur qu’en France apparemment
A1 : On sait faire la fête…GA : Oui, je crois, oui…
A1 : Georges-Alain, tu reviens avec un album…
GA : Oui…
A1 : qui est extraordinaire, qui s’appelle…
GA : New Jersey
A2 : Alors c’est du rock, du blues, qu’est ce qu’on retrouve là dedans ?
GA : Je pense qu’il y a plusieurs influences, un peu rock, un peu blues, un peu groove, voire même du reggae suggéré sur une chanson…
A2 : du reggae suggéré ?
GA : Oui, c’est vraiment 2-3 petites…2 petites rythmiques qui font que ça sonne un tout petit peu reggae, avec un lien commun, les guitares, qui homogénéisent le tout.
A2 : Alors tu as terminé la tournée par Braine l’Alleu ?
GA : Oui, tout à fait.
A2 : la tournée, ça s’est bien passé, le public était là même en France ?
GA : Oui on a fait des petits clubs, donc des salles avec petite capacité, mais justement je pense que dans le cadre de l’album et d’une première tournée ça s’y prêtait bien, des salles assez intimistes, pour qu’en fait il y ait un peu d’acoustique à des moments et un peu plus rythmé à d’autres. Non, c’était plutôt sympa, nous on a hâte de pouvoir revenir sur les planches parce qu’on s’est vraiment bien éclaté.
A2 : la Star Académie ça te suit et c’est normal puisque c’est un petit peu grâce à la Star Académie qu’on te connaît…
GA : oui, complètement. C’est loin maintenant, et en même temps je sais que ça restera toujours là, mais maintenant je l’assume beaucoup mieux qu’avant, parce qu’avant il n’y avait pas de projet, il n’y avait rien et c’était dur à porter. Maintenant je l’assume vraiment mieux puisqu’il y a un album, on est en tournée et c’est super agréable de pouvoir défendre ce qu’on aime sur scène.
A2 : Tu vas nous faire une petite version live tout à l’heure de Central Park…
GA : Oui
A2 : et on va écouter la vraie version, celle qui est sur l’album, l’album qui s’appelle New Jersey. On l’écoute tout de suite sur Radio Contact !
[passage de Central Park]
A : Attention parce que ça se défoule sur les sms. 3120 pour envoyer vos sms à Georges-Alain. Georges-Alain, tes projets futurs ?
GA : Mes projets futurs ? En espérant que la tournée continue sur 2006 pour défendre l’album, et on commence déjà à travailler sur des titres pour le deuxième album et voir ce qu’on peut faire, les promos et tout ça c’est bien gentil mais je suis plus à l’aise dans la musique…
A : que devant un micro de radio…
GA : oui, oui, carrément !
A : on peut enlever le micro…
GA : encore que c’est plus les caméras qui me gênent, pas trop les micros.
A : Alors, comment tu as fait pendant 3 mois ?
GA : Ah mais j’ai galéré, tout le monde l’a vu ! (rires)
A : ah oui, je peux témoigner…
A : ça te suit hein ? on en avait parlé avec Mathieu quand il était venu dans le « good morning Mike » - ça te suit cette image de casseur de porte ? …
GA : bien sûr que ça me suit, mais bon maintenant ça ne me pose pas plus de problèmes que ça
A : Tu étais réellement nerveux ou pas ?
GA : Oui, moi je suis quelqu’un d’entier, donc quand je pète un plomb et que ça me gonfle je le dis et je le fais savoir…
A : Beaucoup de messages pour Georges-Alain, il y en a plein
[l’animateur lit des sms pour GA, félicitations pour le concert de Braine l’Alleu …]
A : Radio Contact, nous sommes ce soir avec un garçon, ma foi bien sympathique.
On l’avait eu au téléphone il y a quelques semaines, il nous avait promis de venir, il a tenu parole, il est là, c’est Georges-Alain, on lui tire le portrait de la semaine.

Gérard (chroniqueur) : On va lui tirer le portrait. Quand un jour on m’a dit qu’il faudrait lui tirer le portrait dans « le Fou du Roy », j’ai pensé : ouïe ouïe ouïe, faudra pas le vexer, celui là ! Celui là, c’est Georges-Alain Jones, voilà un nom qui ne laisse personne indifférent. Soyons originaux pour changer, en précisant que pour lui comme pour les autres, il y a ceux qui le connaissent…et ceux qui ne le connaissent pas.
A ceux qui ne le connaissent pas, précisons qu’il n’est ni le frère ni le cousin de la Catherine Zeta du même nom, rien à voir non plus avec Howard ou Tom, si ce n’est qu’ils ont choisi aussi la musique pour faire carrière. Non, à ceux là il faut dire de ne surtout pas taper le nom « Jones » dans le dictionnaire des célébrités, d’abord parce qu’il y en a une flopée, ensuite parce que Georges-Alain n’y apparaît pas encore – mais ça ne saurait tarder.
Ceux qui le connaissent, par contre, mettent immédiatement un visage sur ce nom, une tête, voire même une gueule.
Les moins informés penseront à une académie cathodique, dans laquelle le « grand GA » (on peut l’appeler GA) ne s’était pas fait remarquer que pour ses qualités artistiques, mais aussi pour ses talents de chahuteur, ou encore de menuisier (rire de GA), mais réparer des portes ou encore déconner avec son pote Mike, non pardon Houcine, pas Mike…
A : c’est moi, Mike !
Gérard : …ne peuvent être les limites de sa vie. Ma secrétaire et moi avons mené l’enquête auprès de sa maison de disques et sommes en mesure de préciser que le grand …est aussi amateur de blues, et pas n’importe quel blues.
Je vous parle du blues qui colle, le blues qui chante en noir, qui fait qu’on voudrait être black,  du …titre (?) musical que seule la négritude vous confère, bref de la musique du sud des Etat-Unis, comme normalement quelques rares spécimens européens savent le faire.
Sauf que voilà, mon GA, tu t’es biographiquement planté : tu es encore trop au nord avec ton « New Jersey » et ton « Park Central », car ton album il est vraiment bon. Il devrait être plus du sud.
J’oserais dire que tu n’as pas eu peur de nous offrir des chansons comme de la blues-variété, mais que tu n’es pas encore tout à fait toi-même sur toutes les chansons ; mais il y en a deux ou trois, vraiment…issues d’une culture musicale hybride et hétéroclite, et peut être même un rien bordélique. Tiens voilà, des grands mots, pour un grand gamin. Mais je voudrais dire à nos chers auditeurs que le « grand » va devenir Grand.
J’ai cassé les pieds à mon royal collègue du (Fou du)Roy pour qu’il invite Georges-Alain qui passait par Bruxelles, car dans ma voiture depuis une semaine, on n’entend plus que « vivre en danger », « je ne t’ai jamais dit » et « j’aurais pu ». Ma secrétaire, qui se double du rôle d’épouse, m’a soutenu qu’il y a pourtant d’autres titres sur cet album, mais je n’ai rien pu défaire de ma tête que « vivre en danger », « je ne t’ai jamais dit » et « j’aurais pu ».
Alors c’est vrai, normalement mon rôle n’est pas ici de passer de la pommade.
J’aurais pu ici en chroniqueur informé vous révéler les quelques scoops hebdomadaires que vous attendez de moi, j’aurais pu vous révéler la passion de Georges-Alain pour la chasse, oui oui oui, Georges-Alain aime la chasse… (rire de GA), il est chasseur, Georges-Alain chasse régulièrement le « faux-cul », Mesdames Messieurs qui s’en souviennent peut être en télévision ; mais j’en veux aussi pour preuve certains de ses textes, les textes de son album… lisez bien et vous comprendrez ; ensuite, vous écouterez bien, vous comprendrez mieux. Finalement, rentrez chez vous et en voiture vous entendrez, il y a sur cet album « vivre en danger », « je ne t’ai jamais dit » et « j’aurais pu ».
Oh oui cher auditeur, je te répètes que je ne t’ai jamais dit que j’aurais pu vivre en danger en tirant de GA un portrait d’académicien un peu bourru, gueulard sauf dans le micro et pas fait pour la variété. Je devrais vous dire ce que je pense du pote à Houcine qui n’avait rien d’un chanteur ni d’un danseur dans une « école » ouverte pour nous de 18h à 19 h et le samedi à 20h50. Je devrais vous dire une œuvre en devenir et prédire les oubliettes ou un succès à venir.
Seulement voilà : pour casser ou encenser du bonhomme, il aurait fallu qu’il ne commette pas « New Jersey », un album dans lequel les plus sensibles d’entre vous découvriront « vivre en danger », « je ne t’ai jamais dit » et « j’aurais pu ».
Seulement voilà : pour expliquer Georges-Alain, il faudrait plus qu’une vie de Roxane aimante comme …ting( ?)       l’aurait décrite s’il l’avait connue, s’il l’a connaissait, s’il en profitait, comme Georges-Alain.
Pour illustrer Georges-Alain, il faudrait des fusains dont les pigments n’existent que dans son cœur et dans ses mots.
Pour tirer son portrait il faudrait un talent et une simplicité que je n’ai pas, encore moins depuis que j’ai découvert SA simplicité et SON talent. Monsieur Jones, je me permets ici ce soir ce que je n’ai jamais fait en radio, pour tout ce que vous avez fait et que vous allez faire, même si ce n’est pas radiophonique, je vous tire mon chapeau !

GA : Ah, je suis gêné, là
A : L’album s’appelle New Jersey. Vous avez compris, Gérard vient de résumer en quelques mots cet album, qu’il faut bien sûr écouter.
Georges-Alain, tu vas nous donner un petit extrait en live, ici exclusivement en Belgique, pour le Fou du Roy, et ça on t’en remercie, et ce sera dans un petit instant….
A : …une version acoustique, deux guitares et puis la voix de Georges-Alain, c’est tout de suite sur Radio Contact…
[Central Park, NOUVELLE version acoustique, en live, Marc et Georges-Alain Jones à la guitare]
A : Ouiiiiiii ! (applaudissements dans le studio)
Georges-Alain en direct dans le « Fou du Roy », merci Georges-Alain
GA : Merci à vous de m’avoir accueilli, c’est super cool en tout cas
A : Et bien écoutes, tu reviens QUAND TU VEUX, tu peux venir nous faire une heure et demi de live si tu veux, c’était extraordinaire ! Même 2 (heures) !
A :..en Belgique en concert, pour l’instant rien de prévu alors ?
GA : Non pour l’instant, mais ça ne va pas trop tarder à arriver, là…
A : …un grand merci à Georges-Alain et dis donc, la version live qu’on a entendu c’était bien !
Gérard : c’était un beau cadeau
A : on s’est vraiment bien amusés et puis apparemment…
Gérard : le concert était super !
A : les photos évidemment du concert sont sur internet ; vous aurez les photos de Georges-Alain dès lundi sur le site www. Lefouduroy.com

Mis à jour (Lundi, 13 Juillet 2009 15:38)

 
P1050332.JPG
News
Sondage
Le plus important